Élections au Conseil administratif de la Ville de Genève
8. Umwelt & Naturschutz (0/5)

1. Selon vous, le canton et la Ville de Genève devraient-ils entreprendre des mesures pour introduire la taxe au sac sur leur territoire?

2. Les décollages et atterrissages à Cointrin devraient-ils être interdits entre 23h et 6h du matin?

  Mehr InformationenWeniger Informationen
Erläuterungen

En Suisse, les autorisations de décollages et d'atterrissages sont une compétence fédérale. Le trafic aérien privé est en principe interdit entre 22h et 6h, le trafic commercial entre 24h et 5h. A l'aéroport de Zurich, l'interdiction vaut de 23h à 6h.

A Genève, les décollages et les atterrissages de vols commerciaux sont autorisés entre 6h et 22h. Cependant, des atterrissages et décollages sont possibles depuis 6h jusqu’à minuit et demi. Ces départs et arrivées entre 22h et minuit et demi sont des mouvements planifiés en retard sur l'horaire.

En 2015, une pétition cantonale avait été déposée pour interdire tout trafic aérien entre 23h et 6h du matin et envoyée au Conseil d'État. En 2019, le Conseil d'État a approuvé une convention d'objectifs visant à limiter le trafic aérien après 22h, mais des exceptions restent possibles.

  Weniger Informationen

3. Le moratoire actuel sur les plantes et les animaux génétiquement modifiés devrait-il être prolongé au-delà de 2021?

  Mehr InformationenWeniger Informationen
Erläuterungen
Pro
Contra

En 2005, suite à une initiative populaire, un moratoire de cinq ans sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) a été adopté. Ce moratoire interdit en Suisse la culture de plantes génétiquement modifiées ainsi que la mise en circulation d’animaux génétiquement modifiés destinés à la production d’aliments et de produits agricoles. Toutefois, les disséminations expérimentales d’OGM restent autorisées si elles poursuivent des buts scientifiques.

Ce moratoire a pour but d’attendre d’avoir une base scientifique suffisamment solide avant de légiférer sur les OGM. Celui-ci a déjà été prolongé à trois reprises et prendra fin en 2021.

Le projet du Conseil fédéral qui proposait de faire coexister, sous certaines conditions, des plantes génétiquement modifiées avec des plantes d’agriculture conventionnelle à partir de 2021 a été rejeté par le Conseil national et le Conseil des Etats. Avec ce projet, le Conseil fédéral souhaitait notamment autoriser le génie génétique dans des zones de culture spécialement aménagées.

  • La culture de produits agricoles sans OGM en Suisse est un atout pour les producteurs qui peuvent mettre en avant la qualité de leurs produits par rapport à d’autres producteurs européens.
  • La coexistence de produits agricoles génétiquement modifiés et non génétiquement modifiés entraîne des coûts administratifs, financiers et logistiques élevés pour les producteurs qui doivent assurer la séparation des marchandises.
  • Les conséquences à long terme des OGM sur l‘être humain et l’environnement sont encore inconnues. En outre, le moratoire n’est pas un obstacle à l’avancée des recherches scientifiques dans le domaine du génie génétique. En effet, les disséminations expérimentales à des fins scientifiques restent autorisées.
  • Les consommateurs restent libres de consommer ou non des aliments provenant d’organismes génétiquement modifiés. Leur choix de consommation n’est donc pas affecté.
  • Le moratoire aura indirectement des conséquences négatives sur la recherche en Suisse. Les entreprises de génie génétique ne voudront pas créer d’emplois dans un pays où l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés est interdite. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle peu de recherches sont actuellement menées dans ce domaine en Suisse.
  Weniger Informationen

4. Êtes-vous favorable à ce que la Ville de Genève s’engage à atteindre un taux de couverture arborée d’au moins 30% d’ici 2030 sur son territoire?

  Mehr InformationenWeniger Informationen
Erläuterungen

Le territoire de la Ville de Genève est actuellement constitué d'une couverture arborée de plus de 21% comprenant plus de 40'000 arbres ainsi que divers parcs, forêts et promenades. Pour faire face aux défis du réchauffement climatique et renforcer ses espaces verts, la Ville de Genève s'est dotée en 2019 d'un plan stratégique de végétalisation (PSV). Ce plan prévoit notamment de planter 100 arbres par année.

Cependant, suite à de nombreux abattages d'arbres en ville et dans le canton de Genève, une motion a été adoptée et déposée auprès du Conseil administratif. Cette motion veut aller plus loin que le plan stratégique de végétalisation et demande d'augmenter massivement la couverture arborée en Ville de Genève, passant de 21% à 30% d'ici 2030.

  Weniger Informationen

5. Soutenez-vous la création d'une nouvelle plage publique le long du quai Wilson?